À chacun son uniforme

 

 

Iranian_sportswoman_in_a_Hijab_in_Olympic_games_2016

Comment passer sous silence le petit jeu de bravade que nos amis de religion musulmane nous démontrent à Rio.

Provoquer un coup de chaleur n’est surement pas mieux que porter un bout de tissus qui te rentre dans la craque des fesses…

Si le bikini minimaliste est réglementaire ok, ça fait de belles images. Mais j’espère qu’il n’est pas imposé aux joueuses. Y a-t-il quelqu’un dans la salle qui croit vraiment qu’il est important pour la performance ?

Le « hijab » au jeux olympique est un symbole fort pour démontrer à l’occident qu’elle n’a pas à s’ingérer dans leur façon de vivre, leur culture et leur liberté de religion.

Pour certaines athlètes c’est une demande politique non négociable, mais pour d’autre ce n’est qu’un pied de nez pour dire : « allez-vous faire foutre, ça ne vous regarde pas »

Pour plusieurs le voile est un outil, un symbole d’asservissement de la femme. Une régression pour l’occident qui s’est battu, notamment pour libérer les femmes de l’emprise de la religion. N’oublions pas qu’à une certaine époque (pas si lointaine d’ailleurs) au Québec une femme qui ne portait pas de chapeau à l’église était considérée comme une « guidoune ». A-t-on interdit le port du chapeau pour autant ?

Que nous le voulions ou non, la religion est propre à chacun. Cela fait partie des droits et libertés individuels. Si je ne veux pas me faire imposer ma façon d’agir et de penser, je ne dois en aucun cas le faire à l’endroit des autres.

Toutes les religions ont leur branche extrême, tous les pays on leur façon de vivre et toutes les cultures ont leurs tares… Certains plus que d’autres.

Un musulman qui pratique sa religion de façon personnelle, sans l’imposer aux autres et sans me brimer dans mes droits et libertés ne me dérange aucunement. Mais un témoin de Jéhovah qui sonne à ma porte le dimanche matin pour me « réveiller » risque l’insulte.

Je n’ai pas à juger l’attirance et l’orientation sexuelle d’un homme en vers un autre homme qui la vit ouvertement et sans gêne, mais s’il s’avise de me «pogner» une cuisse, je deviendrai le juge et le bourreau 😉

Mon point de vue est simple :

Pour moi ce n’est qu’un bout de tissu qui ne brime en rien mes droits, ma liberté ou ma sécurité.  Qu’il soit un symbole d’asservissement pour certaines et pour d’autres simplement un symbole culturel, ça les regarde. Je vous ferai remarquer que tous les comportements de violence psychologique ou physique et les mutilations sont interdits dans notre pays. Si vous vous battez pour interdire un bout de tissu qui ne change absolument rien à votre façon de vivre, vous ne réglez rien au problème de l’islam radical et/ou politique.  Nous n’avons pas à dicter la manière de fonctionner des autres pays. On n’a qu’à se tenir debout dans le nôtre. Mais il faut se battre sur le fond du problème. Parce que si on se contente de bannir un symbole, ce ne sera qu’une solution cosmétique.

Advertisements

One response to “À chacun son uniforme

  1. Pingback: À chacun son uniforme - Le Prince Arthur | Le Prince Arthur·

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s